Interviews, Musique
Laisser un commentaire

Interview musico-florale d’Holy Hamond

« J’aime explorer les univers musicaux en totale liberté »

« Le meilleur à donner » est le premier EP d’Holy Hamond, une artiste pétillante qui se dévoile à travers cinq titres reggae/soul.

À l’image du titre « Je t’aime », l’amour est très présent sur votre EP, comment expliquez-vous sa place prédominante dans vos titres ?

L’amour est l’essentiel de la vie, il est la véritable nature de notre esprit !

Votre musique est très éclectique, d’où puisez-vous votre inspiration ?

Nous nous limitons constamment et c’est vraiment dommage ! J’aime explorer les univers musicaux en totale liberté, pourquoi s’en priver ? Je n’aime pas les limites, les barrières, c’est peut être un peu insolent, un côté sale gosse qui ressort (sourire) Vraiment, je m’inspire de ce qui me touche, et ce qui te touche le coeur transcende les genres ou les styles. L’art rend légitime, t’autorise à exprimer ce qui te paraît important, de la manière qui te convient : ta vision, tes règles. La création porte bien son nom, elle est illimitée. Après il ne faut pas oublier les références, le patrimoine, l’héritage musical collectif dans lequel on puise pour façonner sa vision. Pour moi Amy Winehouse, Nneka, Selah Sue, Erykah Badu ou Nina Simone sont de grandes sources d’inspiration et des outils précieux pour travailler la technique. J’essaye d’être une pas trop mauvaise élève mais y’a du chemin à faire pour pouvoir rivaliser (sourire)

De qui vous êtes-vous entourée pour donner naissance à votre premier EP ?

Pour ce premier EP reggae j’ai eu la chance de pouvoir collaborer avec Victor Attila Vagh du studio Vagh & Weinmann music, [qui est ] le clavier du groupe Kana et le producteur de Flavia Coelho. Il a beaucoup contribué à la réussite de ce projet puisqu’il à mis à l’oeuvre son savoir-faire en tant qu’arrangeur et réalisateur ! Avec un binôme aussi talentueux l’affaire était dans le sac ma ptite dame (sourire) ! Le Label Belleville Musique et ses membres me permettent de présenter publiquement cette expérience artistique qui, je l’espère, vous plaira!

La musique semble salvatrice pour vous, à quel moment s’est-elle révélée essentielle à votre quotidien ?

Je ne sais pas exactement, je dirais vers 11 ans lorsque j’ai commencé à chanter dans le choeur de la Cathédrale de Chartres à la messe le dimanche

Vous êtes auteure, compositrice, et interprète, avez-vous appris en autodidacte ou des formations sont-elles venues compléter votre bagage artistique ? 

J’ai fait des classes à horaires aménagés musique au collège puis j’ai passé au lycée de Sèvres un brevet de technicien des métiers de la musique. J’ai fait une formation de chant à l’école ATLA puis je suis allée vivre un an à Londres où j’ai pu dépasser une certaine timidité en jouant dans la rue. Enfin, j’ai suivi un cycle de musicologie à la Faculté d’Aix-en-Provence.

Pouvez-vous nous partager votre premier souvenir sur scène ?

J’étais à l’école ATLA, il y avait des jam sessions dans la semaine, je me souviens être montée sur scène avec deux amies et ne pas pouvoir faire autrement que de chanter de dos, incapable de faire face au public ! Aller jouer dans les rues par la suite a considérablement amélioré cet état, et puis sans doute que grandir, s’affranchir du regard de l’autre et essayer d’être libre à du contribuer à dépasser ça, même si j’ai toujours une bonne montée d’adrénaline avant de monter sur scène (sourire).

Comment qualifieriez-vous votre parcours jusqu’à aujourd »hui ?

Je fais mon petit bonhomme de chemin : j’ai fait des erreurs mais j’ai appris. Je me perfectionne, je m’améliore, je fais de mon mieux, je crois en mes projets, j’essaye de me remettre en question pour pouvoir continuer d’avancer et atteindre mes objectifs.

Dans le futur, avec quel(s) artiste(s) aimeriez-vous travailler ?

Patrice, Nneka, Selah Sue, Action Bronson, Féfé et cetera, la liste est très longue !

Questions florales

Question pâquerette : En musique qu’aimez-vous un peu, beaucoup, passionnément, à la folie…ou pas du tout ? 

un peu: d’originalité

beaucoup: d’amour

passionnément: des idées

à la folie: du rythme

pas du tout: de contraintes!

Si demain on pouvait vous faire une fleur, qu’aimeriez-vous ajouter à votre vie d’artiste ?

Si je me réveillais demain et que sans avoir pris la peine d’apprendre je savais jouer de la trompette ça serait fabuleux (rires).

Quel est pour vous actuellement, l’artiste (auteur, compositeur et/ ou chanteur) qui est la fine fleur du monde de la musique ?

Lee Scratch Perry & Nneka

En tant qu’artiste, il vous arrive d’être “couverte de fleurs”, quel compliment ou attention vous a le plus touchée ?

Je citerai « Monica Bellucci « sur l’album Marseye park « les compliments? ils sont jamais assez les compliments!  » (rires)

Si vous deviez faire refléter par une composition florale votre personnalité artistique, quelles fleurs choisiriez-vous pour composer votre bouquet ?

Je suis une romantique alors je choisis la Rose.

Roses

Merci à Holy Hamond de s’être prêtée à l’interview musico-florale.

Propos recueillis par Céline, La féerie des roses, novembre 2015

Facebook : Holy Hamond

Twitter : @HolyHamond

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s